Prisonnier de guerre, ce général français mit au point un plan d'évasion qui provoqua la colère d'Hitler, avant d'aller rejoindre l'Afrique du Nord. C'est l'opération Torch , qui est un succès. En octobre, Patton se rendit brièvement en Californie après avoir été brûlé lors de l'explosion d'une lampe à pétrole[42]. Étant le seul soldat ayant une expérience de la conduite de ces engins, Patton descendit personnellement sept chars du train qui les avait transportés[49]. Patton quitta son poste en 1931 et étudia à l'académie militaire de Carlisle, en Pennsylvanie, dont il fut diplômé avec les honneurs en juin 1932[67]. Ce maréchal allemand mit au point le plan d'invasion de la France et fut souvent considéré comme l'un des meilleurs généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale. Même si Eisenhower et Marshall tenaient en haute estime ses qualités de commandant, ils considéraient que Bradley était moins impulsif et prompt à faire des erreurs[115]. Le ravitaillement et le carburant étaient toujours attribués en priorité à d'autres unités[150] et certains personnels de la logistique de la 3e armée se firent passer pour des hommes de la 1re armée et s'emparèrent de milliers de litres de carburant dans un dépôt militaire[151]. Ce maréchal soviétique supervisa la libération de Stalingrad avant d'organiser le ravitaillement, puis la libération de la ville de Leningrad. Progressant vers Gabès, le 2e corps se heurta à la ligne Mareth[91]. De même, ses tactiques basées sur des offensives rapides et percutantes se sont traduites par le développement de nouvelles doctrines de combat dans le domaine de la guerre mécanisée. Il reçut également la Purple Heart pour ses blessures après la création de cette décoration en 1932[60]. LA SECONDE GUERRE MONDIALE 6 juin 1944 Les Alliés débarquent, La IIIème. Le maréchal Alan Brooke écrivit en janvier 1943 : « J'ai entendu parler de lui mais je dois avouer que sa personnalité aventurière dépasse toutes mes espérances. La dernière modification de cette page a été faite le 5 novembre 2020 à 18:43. Ses exploits lui valurent de figurer sur la couverture du numéro de juillet 1941 du magazine Life[76]. Il est victime d'un accident de la route alors qu'il est assis à l'arrière de sa berline qui heurte un camion militaire le 9 décembre 1945 : il succombe à ses blessures douze jours plus tard dans l'hôpital de Heidelberg. » Il indiqua néanmoins : « Il me semble évident que les enseignements fatalistes de Mahomet et la profonde dégradation des femmes sont les causes fondamentales du non-développement des Arabes… Il y a ici, je pense, matière à un éloquent sermon sur les vertus du christianisme[188]. Il n'appréciait pas cette fonction et commença à s'intéresser aux chars d'assaut alors que Pershing songeait à lui donner le commandement d'un bataillon d'infanterie[45]. Il était également parfois appelé The Old Man (« le Vieux Â») par ses troupes[83]. Les autres commandants alliés étaient plus enthousiastes. Le général français Henri Giraud fut incrédule quand il apprit son limogeage en 1945 et l'invita à Paris pour être décoré par le président Charles de Gaulle lors d'une cérémonie officielle. Patton était mécontent de l'ordre de MacArthur, car il jugeait que les demandes des vétérans étaient légitimes et il avait auparavant refusé de délivrer un ordre autorisant l'emploi de la force armée pour disperser les vétérans. À l'inverse, son successeur Harry S. Truman semble avoir eu une antipathie immédiate envers Patton et il compara MacArthur et lui à George A. Custer[197]. Dwight Eisenhower ( 14 octobre 1890 – 28 mars 1969), « Ike », est le général de l’armée américaine qui dirige le débarquement en Normandie pendant la Seconde Guerre Mondiale. Après l'expédition, Patton fut initialement affecté à Front Royal en Virginie pour superviser l'acquisition de chevaux pour l'armée[43]. Il se rendit ensuite à Boston et fit un discours devant près de 20 000 auditeurs dont 400 vétérans blessés de la 3e armée. George Smith Patton naquit le 11 novembre 1885 en Californie. Seconde guerre mondiale : au cœur de la propagande américaine Pendant la Seconde guerre mondiale, les États-Unis ont utilisé des affiches propagande et diffusé de fausses informations pour influencer les soldats, les citoyens et même leurs ennemis. Woodring freina de toutes ses forces et tourna brusquement à gauche pour tenter d’éviter le camion qu'il percuta néanmoins à faible vitesse[166]. Lorsque Alexander lui demanda le 19 juillet de limiter sa progression vers Palerme, son chef d'état-major, le brigadier-général Hobart R. Gay avança que le message avait « Ã©té perdu dans les transmissions Â» jusqu'à ce que la ville soit tombée. Cette avancée fut permise par les renseignements Ultra[128] mais également par la capacité des unités de ravitaillement à suivre l'évolution du front. Il est également l'un des créateurs du fameux Panzer. À la tête de ses puissantes unités blindées, ce général américain remporta de nombreuses victoires, notamment en France et en Italie. Il commanda ensuite le débarquement de 24 000 hommes autour de Casablanca au Maroc le 8 novembre 1942. Le soutien aérien rapproché de la 3e armée était assuré par le 19e groupe tactique du brigadier-général Otto P. Weyland. À la fin de sa vie, il exprima des opinions de plus en plus antisémites et anticommunistes, du fait des fréquentes controverses qu'il avait eues dans la presse[164]. La capacité de Patton à retirer six divisions de la ligne de front au milieu de l'hiver puis attaquer au nord pour secourir Bastogne fut l'un de ses exploits les plus remarquables de la guerre[148]. Les deux hommes avaient des personnalités complètement opposées et de nombreux éléments témoignent du fait que Bradley le détestait autant sur le plan personnel que professionnel[195],[196]. Patton avait le plus profond respect pour les hommes servant sous ses ordres, en particulier les blessés, même s'il avait tendance à traiter les victimes de troubles psychologiques, aujourd'hui identifiés comme souffrant de stress post-traumatique, de « lâches[183] Â». Les combats devant Metz, qui se poursuivirent durant tout le mois d'octobre 1944 et la plus grande partie du mois de novembre 1944, se soldèrent par de lourdes pertes dans les deux camps[136]. Cette phrase codée signifiait l'application d'un plan impliquant le déploiement de trois divisions vers Bastogne[143]. Le 6 septembre 1944, les 12e et 20e corps d'armée attaquèrent en force au sud et à l'ouest de la ville, mais les troupes américaines rencontrèrent une forte résistance devant les forts de Metz, réarmés en hâte par Krause[134]. Patton resta à Hawaï pendant plusieurs mois avant d'être transféré en mai 1927 au bureau du chef de la Cavalerie à Washington. Le 8 juin 1942, Dwight Eisenhower devient le commandant en chef des forces américaines en Europe et supervise la préparation et la mise en œuvre des opérations en Europe et en Afrique du Nord. La brigade de Patton fut ensuite redéployée pour soutenir le 1er corps américain durant l'offensive Meuse-Argonne du 26 septembre[54]. Il jugea que la bonne décision aurait été d'envoyer une formation au moins trois fois plus importante[155]. Patton provoqua une nouvelle controverse lorsqu'il fut rapporté que plusieurs anciens membres du parti nazi continuaient d'exercer des fonctions politiques, dans la région où il était gouverneur[159]. Comme Chaffee quitta son commandement pour raisons de santé (il mourut du cancer en août 1941), Patton devint la figure dominante dans le domaine de la guerre mécanisée et il organisa un vaste exercice impliquant 1 000 véhicules et chars qui firent l'aller-retour entre Columbus en Géorgie et Panama City en Floride en décembre 1940[74]; la même manœuvre fut renouvelée le mois suivant avec les 1 300 véhicules de la division[75]. Bradley et le général d'aviation Carl A. Spaatz partageaient la première place suivis par Walter B. Smith tandis que Patton était en troisième position[190]. Qui est-il ? Toujours sceptique, Eisenhower ordonna à Patton d'attaquer à l'aube du 22 décembre avec au moins trois divisions[146]. Entre le 29 janvier et le 22 mars, la 3e armée s'empara de Trèves, de Coblence, de Bingen, de Worms, de Mayence, de Kaiserslautern et de Ludwigshafen en faisant des dizaines de milliers de prisonniers appartenant aux Ire et VIIe armées allemandes. La ville de Metz fut prise le 22 novembre 1944[137], mais les derniers forts ne déposèrent les armes qu'en décembre[138], immobilisant pas moins de 9 000 soldats américains. En réussissant là où les Alliés avaient échoué, ce général français offrit à l'AFL sa première victoire sur le sol européen. Il fut blessé et démontra de grandes qualités de commandant. Le 30 septembre 1920, Patton quitta le commandement de la 304e brigade de chars et fut réaffecté à Fort Myers pour commander le 3e escadron du 3e régiment de cavalerie[10]. Son grand-père paternel, George Smith Patton, commandait le 22e régiment d'infanterie de Virginie durant la guerre de Sécession et fut tué lors de la bataille d'Opequon tandis que son grand-oncle, Waller Tazewell Patton, perdit la vie à la bataille de Gettysburg. Parmi les prisonniers figurait le gendre de Patton, le lieutenant-colonel John K. Waters, qui avait été capturé en Afrique du Nord. Le 26 décembre 1944, les unités de fer-de-lance de la 4e division blindée de la 3e armée atteignirent Bastogne et ouvrirent un corridor pour évacuer les blessés et ravitailler les forces assiégées. Au milieu du mois de mai, Patton se rendit à Paris puis à Londres pour se reposer. Patton s'excusa auprès des deux soldats, des médecins qui avaient assisté aux altercations[104] et de tous les soldats sous son commandement lors de plusieurs discours[105]. George Smith Patton, Jr., né le 11 novembre 1885 à San Marino en Californie et mort le 21 décembre 1945 à Heidelberg en Allemagne, est un général « quatre étoiles » de l' Armée de terre américaine qui a notamment commandé la 7 e puis la 3e armée américaine sur le théâtre européen des opérations de la Seconde Guerre mondiale . Patton se tourna alors vers Messine[96]. Ce général allié participa à la campagne de Sicile avant de rejoindre l'Angleterre où il se vit confier le commandement du 1er groupe d'armée en partance pour la Normandie. George Smith Patton Jr. naquit le 11 novembre 1885[1],[2] dans le ranch familial à ce qui est aujourd'hui San Marino en Californie. Le 26 mars 1945, Patton détacha une unité composée de 314 hommes et de plusieurs dizaines de véhicules pour libérer l'Oflag XIII-B, un camp de prisonniers de guerre près de Hammelburg, à 80 km derrière les lignes ennemies. - Armando BABANI / AFP. Le caractère pittoresque et énergique de Patton, ses succès militaires et ses fréquentes erreurs politiques ont produit une image complexe et souvent contradictoire. C’est un général américain, Dwight D. Eisenhower, qui … Le raid fut un échec et seuls 35 soldats parvinrent à revenir dans les lignes américaines ; les autres furent capturés ou tués et tous les véhicules furent détruits. En 1916, Patton participe aux combats de l'expédition punitive contre Pancho Villa au Mexique dans l'un des premiers exemples de guerre mécanisée. Patton s'attendait à ce que le haut-commandement continue le soutien logistique à sa progression victorieuse, mais Eisenhower craignit qu'une percée unique expose trop ses flancs et s'enlise. Comme le secrétaire à la Guerre adjoint, John McCloy, dit à Eisenhower : « La remarque de Lincoln après les attaques contre Grant me vient à l'esprit quand je pense à Patton : « Je ne peux pas me passer de cet homme, il se bat[193]» Â». Il séjourna à Boston, à Denver dans le Colorado avant de se rendre à Los Angeles, où il discourut devant 100 000 personnes au Memorial Coliseum. On ne sait pas précisément si Patton tua personnellement l'un des trois hommes mais il fut affirmé qu'il avait blessé les trois[40]. Diverses explications, au-delà de sa déception, ont été proposées pour expliquer ces actions. Après avoir brièvement réfléchi, Bradley s'y opposa car il privilégiait le secours des forces encerclées à Bastogne avant leur effondrement à la destruction d'un grand nombre de formations allemandes[146]. Patton était aussi un passionné d'histoire. Cette dernière était l'une des rares unités organisées autour d'un grand nombre de chars et Patton était chargé de son entraînement[73]. Eisenhower fut furieux quand il prit connaissance de cette mission secrète[154] et Patton avança par la suite que cela fut sa seule erreur de la guerre. Il arriva à Bedford, dans le Massachusetts, le 7 juin pour une permission prolongée avec sa famille et fut accueilli par des milliers de personnes. La conduite de Patton durant cette campagne fut controversée. Il rejoignit à Washington un comité chargé de rédiger un manuel sur l'utilisation des chars d'assaut. À ce moment, la 3e armée était engagée dans de durs combats près de Sarrebruck. Craignant qu'il ne s'agisse d'une voie de garage pour sa carrière, Patton se rendit à Washington durant une permission de onze jours pour convaincre des amis influents d'obtenir son affectation au sein du 8e régiment de cavalerie de Fort Bliss au Texas car il anticipait que l'instabilité au Mexique allait déboucher sur une guerre civile[9]. Il peut être un nègre ou un juif mais s'il a la carrure et fait son devoir, il peut avoir tout ce que j'ai eu, « Viens de finir de lire le Coran, un livre intéressant.