En effet, les succès serbes réalisent, dans les faits le programme nationaliste serbe, annexant des territoires peuplés de Serbes, contrôlant une partie et ayant conquis un débouché maritime pour le royaume de Belgrade[123]. De même, l'alliance de la Roumanie avec la Triplice, qui date de 1883, est considérée par Ottokar Czernin, ambassadeur austro-hongrois en Roumanie, comme une « chose morte »[50], l'Allemagne n'étant pas en mesure de couvrir les besoins financiers de son allié roumain[48]. La réponse serbe, l'« exercice de style le plus brillant de virtuosité diplomatique », selon le mot du rédacteur de la note autrichienne, le baron Musuli[35], pousse Vienne à rompre les relations diplomatiques avec Belgrade le jour de réception de la note serbe[21]. Dans son ouvrage, paru en 1965, Weltmacht oder Niedergang, (Puissance Mondiale ou déclin, non traduit en français) Fischer affirme que les dirigeants du Reich avaient souhaité faire de l'Allemagne une puissance mondiale, la crise de juillet 1914 constituant le prétexte pour déclencher une conflagration permettant la réalisation de ce projet. À partir de 1909, la politique balkanique de l'Autriche-Hongrie pousse le Reich à soutenir de plus en plus fermement son alliée face à l'empire Russe[94]. Rédigé par Maurice Bourdon | Nom Oct, 22 2013. Si la seconde guerre mondiale a réussi à dépasser la première en termes d’horreur, c’est pour d’autres facteurs. L'historiographie moderne considère que « les accusations réciproques et les explications données, même si elles n’étaient pas dénuées d’une part de vérité, ne permettaient pas de répondre vraiment à la question du pourquoi » et estime que les autorités politiques des principaux belligérants, prises dans le piège de l’honneur national qui les empêchait de se retirer du jeu, furent dépassées par les événements qui conduisirent à une guerre sans raison[156]. Cette croissance est démographique, économique et impérialiste, démographique, parce que l'Allemagne gagne 17 millions d'habitants en 25 ans, voyant sa population passer de 49 millions d'habitants en 1890 à 66 millions en 1914. Rapidement menée, à la surprise générale[121], la Première Guerre balkanique se solde par une défaite de la Turquie, la perte de presque toutes ses possessions européennes et par un accroissement de la puissance de la Serbie et de la Bulgarie. Dans le contexte de la guerre russo-japonaise, au début de l'année 1905, les responsables du Reich entendent profiter de l'empêchement de la Russie à intervenir sur la scène européenne pour disputer à la France son influence nouvellement acquise au Maroc, arguant que l'évolution de la situation marocaine concerne l'ensemble des puissances. L'Empire allemand connaît en effet, sous le règne de Guillaume II, une croissance importante. De l'autre côté, l'alliance franco-russe, puis franco-anglaise assure à la France un solide soutien face au Reich, cause de toutes les craintes françaises depuis 1870. Cette accroissement de la puissance serbe inquiète le gouvernement austro-hongrois ; les responsables austro-hongrois incitent donc leur allié bulgare à déclencher les hostilités contre la Serbie. Ce motif peut être essentiel ou futile, et le feu qu’il allume une guerre mondiale ou une querelle de voisinage. Depuis 1903, la Serbie a quitté le giron autrichien, pour s'appuyer sur la Russie, qui utilise le royaume comme instrument de pénétration russe dans les Balkans[97]. Depuis la guerre de Crimée, la péninsule balkanique, placé sous la suzeraineté d'un Empire ottoman moribond, constitue un champ clos pour les rivalités entre les grandes puissances européennes. La 1ere guerre mondiale: La Première Guerre mondiale2 est un conflit militaire qui s'est principalement déroulé en Europe de 1914 à 1918. De plus, le contexte de campagne électorale en Serbie (des élections doivent se tenir le 14 août) n'incite pas le gouvernement à s'attaquer ouvertement aux nationalistes serbes[9]. Le cabinet serbe est parfaitement conscient de cette réalité. 24 juillet : ultimatum des autrichiens à l'adresse du gouvernement serbe. Cette augmentation massive des effectifs se traduit aussi par une augmentation rapide des budgets du ministère de la guerre : entre 1910 et 1914, le budget militaire du Reich est plus que doublé, passant de 205 à 442 millions de dollars[66]. Dans les premiers mois de 1914, la politique bulgare, pilotée depuis Vienne, incite les autres États de la péninsule balkanique à initier, sous le patronage de la Russie, un rapprochement[2]. Dès mars 1911, le Reich adopte, sur les pressions de son état-major, des dispositions visant à augmenter les effectifs en temps de paix et à former ces nouveaux soldats[63]. De plus, le renforcement de l'influence de la double monarchie en Albanie pousse les Italiens[N 1] à mener une politique de plus en plus entreprenante dans la péninsule balkanique[96]. Cette puissance financière masque cependant la faiblesse commerciale de la politique étrangère française, incapable de rivaliser avec le Reich dans ce domaine[143]. En Europe, chaque pays, ou De la cote italienne a la Sicile, il y a tout juste la largeur du détroit de Messine, dont l'importance stratégique n'échappe a personne. Auprès de la Russie, la diplomatie austro-hongroise s'est engagée, lors d'une entrevue avec le ministre russe des affaires étrangères, Alexandre Izvolski, à appuyer un changement dans le régime des Détroits[92]. Selon Fischer, la décision de faire la guerre est prise en Allemagne dès la fin de l'année 1912, et l'attentat de Sarajevo a constitué le prétexte utile à son déclenchement[150]. De la Grande Guerre, les contemporains nous ont laissé bon nombre de témoignages permettant de lever le voile sur ces quatre années de conflit: Soutenue par l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie adresse donc un ultimatum à la Serbie le 23 juillet. Aux yeux d'un certain nombre d'intellectuels, le déclenchement d'un conflit européen de grande ampleur sur l'échelle du continent européen ne constitue nullement une surprise[125], même si le premier conflit mondial se révèle être, pour la majorité des membres des classes d'âge destinées à être appelées sous les drapeaux, la première expérience belliqueuse[128]. Cependant, la situation en mi-teinte du Reich en Turquie est contrebalancée par ses succès en Bulgarie[48], mais ces succès sont remis en cause par la défaite bulgare du printemps 1913[50]. dissuasif, elles renforcent le doute d'une menace croissante. Cependant, à la suite de l'accord de Björkö entre Guillaume II et Nicolas II, signé le 24 juillet 1905, le Reich croit pouvoir mener une politique conciliante, mais, devant l'opposition du gouvernement russe, tente de mener une politique plus agressive, mais, devant l'opposition américaine, britannique et italienne à ses propositions (qui visaient en réalité à écarter la France du Maroc), Bülow, chancelier du Reich, doit prendre acte de son échec, définitivement signifié par l'acte d'Algésiras, qui confie à la France et à l'Espagne l'organisation de la tutelle européenne sur le Maroc[114]. Dans le Reich, l'historien Alfred von Wegerer, en lien avec le ministère du Reich aux Affaires étrangères, qui anime sa propre équipe de recherche sur le déclenchement du conflit, publie en 1939 L'Explosion de la Guerre mondiale; dans cet ouvrage, il défend la thèse que le Reich n'a ni projet d'expansion ni plan de guerre dans les années immédiatement antérieures au conflit; Il parvient dans les années précédant 1933 à rallier à sa thèse un certain nombre de chercheurs réputés, dont Hans von Delbrück, le comité de rédaction des volumes de la Grosse Politik der Europäischen Kabinette, 1871-1914, ouvrage présentant des sources tronquées, incomplètes et commentées de façon tendancieuse[146]. ), Larousse de la Grande Guerre, Éditions Larousse, 2007. Double Jeu : La guerre froide 22. engage une politique visant à renforcer la puissance allemande sur le plan international (Weltpolitik) qui se traduit d'une part par une course aux armements navals avec l'Angleterre dès Durant l'été 1908, appuyé par le Reich, Aloïs d'Aerenthal, souhaitant rassembler les Slaves du Sud de la double monarchie sous un même sceptre[80], défend l'idée d'un rééquilibrage dans les Balkans, dont l'annexion formelle de la Bosnie-Herzégovine constitue le premier pas[92] et l'arrêt de la propagande serbe dans la double monarchie le second[105]. Depuis le déclenchement de ce conflit, les intellectuels, les militants politiques et les historiens se sont penchés sur ces causes, entraînant l'existence d'une historiographie nombreuse et variée. En 1878, lors du Congrès de Berlin, la principauté de Serbie, autonome au sein de l'Empire ottoman, acquiert son indépendance et devient un royaume. De plus, des policiers austro-hongrois doivent pouvoir mener des investigations sur le territoire serbe[29]. La Russie lance la mobilisation générale pour soutenir la Serbie, entraînant la déclaration de guerre de l'Allemagne à la Russie le 1er août, et l'invasion de la Belgique le Dans les heures qui suivent cette déclaration de guerre, les responsables russes décrètent la mobilisation de 13 corps d'armée, qui ne lanceront pas d'opération offensive avant l'invasion du territoire serbe; cette réponse pousse le Reich, qui avait encouragé son allié dans la voie de la fermeté, à refuser toutes les demandes de négociation russes, formulées même après l'annonce de la mobilisation des 13 corps d'armée. Ainsi, les responsables du Reich, Guillaume II en tête formulent-ils les rivalités politiques et économiques avec leurs voisins comme la manifestation du conflit entre les Slaves et les Germains. LE GUERRE PUNICHE 264 146 a.C La Prima Guerra Punica Casus belli I Mamertini occupano Messina I Siracusani assediano la citt I Mamertini chiedono aiuto ... – A free PowerPoint PPT presentation (displayed as a Flash slide show) on PowerShow Casus belli è una locuzione latina il cui significato letterale è "motivo della guerra". Cette augmentation substantielle de la taille de l'armée impériale en temps de paix constitue la réponse des responsables du Reich à la politique de réarmement russe, perçue comme menaçante à terme : en effet, ayant pansé ses plaies, la Russie réactive sa politique européenne à partir de 1912[64]. Mais la réflexion sur les raisons de déclenchement du conflit débutent dès la fin de l'année 1914, lorsque Lénine met en parallèle les buts avoués et les objectifs cachés des puissances engagées dans le conflit. Devant la controverse générée dans le monde des historiens allemands, Fischer se trouve obligé de dresser un tableau de la période précédente. Le 5 octobre 1908, le décret d'annexion est signé par l'empereur-roi[92]. Jusqu'au 19 juillet, Istvan Tisza, président du conseil hongrois, s'oppose au scénario mis en place à Vienne, proposant la mise en place d'une politique alternative, devant aboutir soit à remporter un succès diplomatique soit à faire porter la responsabilité de la guerre à la Serbie[27]. Ainsi, souhaitant s'opposer à la mainmise française sur le pays, mainmise qui organise autour des réformes que souhaite mettre en place le président français dans le pays, Guillaume II se rend à Tanger, prononce un discours dans lequel il affirme que le Reich défendra la souveraineté du royaume chérifien, puis obtient du gouvernement français la démission de Théophile Delcassé, ministre français des affaires étrangères, partisan d'une politique de fermeté. Rapidement, la liberté de ton de la presse serbe, alimentée par la fin de la censure, permet le développement de campagnes de presse nationalistes, dirigées contre la double monarchie[85], permettant à un observateur, le général français Max Ronge, de définir la Bosnie-Herzégovine comme une « région politiquement infestée »[86]. Il analyse la politique du Reich à partir de la seconde crise marocaine comme expansionniste et destinée à distraire l'opinion allemande des problèmes domestiques. Donald Trump a présenté comme une grande victoire l’assassinat du général Qassem Soleimani, chef des unités d’élite iraniennes et sorte de proconsul de Téhéran en Irak. Au sud-est de l'Europe, c'est l'essor du nationalisme qui fragilise les empires multinationaux, et notamment l'Empire ottoman. Toutefois, des efforts d'objectivité de chercheurs et historiens, ressort un constat unanime: la Première Après avoir décrété la mobilisation générale de son armée, le Reich déclare la guerre, le 1er août à la Russie, le 2 au royaume de Belgique (qui a refusé les termes de l'ultimatum allemand) et le 3 à la France. De plus, en 1900 et en 1902, des accords secrets franco-italiens annulent de fait l'ensemble des accords signés par le royaume dans le cadre de la Triple alliance[44]. Le Pacifique Guerre Histoire Photographie Marine Impériale Japonaise Histoire Globale Seconde Guerre Mondiale Histoire Militaire Seconde Guerre Mondiale Japanese Forces - Forced entry Japanese soldiers break down a door of a house in Shanghai, China. Dès 1914, le gouvernement russe peut appeler sous les drapeaux 585 000 hommes, soit 130 000 de plus que l'année précédente[61]. Bon cette fois parlons d'un tireur d'élite, mais pas n'importe lequel. Rapidement, les autorités autrichiennes tentent de réagir, dans un premier temps par une guerre commerciale, puis par l'annexion formelle de la Bosnie-Herzégovine à l'automne 1908[79]. Lire le synopsis, voir la bande annonce et la date de 1ère diffusion TV de l'épisode S5E01 Déclaration de guerre de la saison 5 de la série TV The Last ship. Du point de vue économique, la croissance est plus spectaculaire encore, puisque sa production de charbon triple entre 1890 et 1914 et la production d'acier est supérieure à la somme des productions des trois futurs pays de l'Entente[139] ; cette croissance fournit au Reich, dans les années précédant le conflit, le moyen d'une infiltration économique chez ses voisins, Autriche-Hongrie, France, Empire russe, par le biais d'une politique d'achats de concessions minières et pétrolières, d'entreprises industrielles : ainsi, la Steaua Romana, entreprise de commercialisation du pétrole roumain, est fondée avec des capitaux de la Disconto Gesellschaft, et obtient le monopole de commercialisation des productions pétrolières roumaines en Europe[140]. le 11 novembre 1918. Le soutien du Reich se manifeste par l'envoi à Saint-Petersbourg d'une note comminatoire, demandant la reconnaissance de l'annexion par la Russie[N 4],[120],[93]. The sleepwalkers : how Europe went to war in 1914, Dernière modification le 13 décembre 2020, à 14:02, 18 millions de personnes et 20 millions de blessés, pérenniser un rapprochement germano-austro-russe, Course anglo-allemande aux armements navals, Historiographie de la Première Guerre mondiale, L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme, ministère du Reich aux Affaires étrangères, Les Buts de guerre de l'Allemagne impériale, Conséquences de la Première Guerre mondiale, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Causes_de_la_Première_Guerre_mondiale&oldid=177588866, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. comment l'Europe en est-elle arrivée à un tel chaos? Au début juillet, en dépit d'une médiation russe, permise par le traité de 1912, et des conseils autrichiens, la Bulgarie lance une agression contre la Serbie, rapidement tenue en échec. De même, regroupant 22 000 membres en 1914, la ligue pangermaniste dispose d'une influence limitée, mais regroupée derrière Heinrich Class, organise sa propagande autour de la notion des « idées allemandes dans le monde », contribuant à entretenir dans l'opinion publique du Reich un climat favorable à une politique impérialiste. Mais ces mesures ne permettent pas à la double monarchie d'achever la remise en état de son appareil militaire[71]. En effet, en dépit du soutien résolu de l'état-major turc, formé par la mission militaire allemande, l'influence allemande dans l'Empire ottoman décline dans le courant de l'année 1913, faute d'argent pour accéder aux besoins financiers turcs, selon le mot de Guillaume II lui-même[49]. En France, comme en Russie, l'alliance devient vite populaire, par le soin qu'apportent les responsables des deux pays à la faire vivre, par l'organisation de festivités et l'impression, sur de multiples supports, d'une riche iconographie[57].